DADA 1983 - 1985

Communiqué de presse de 1983:

Hans Liberg, un nouveau talent inconnu, tombé du ciel. « Merci Mesdames et Messieurs, je ne peux pas avoir d'enfants ». Une capacité d'association à grande vitesse et une imagination culturelle effrénée. Chacun interprète le spectacle à sa façon mais tout le monde se laisse emporter par l'avalanche d'histoires, de scènes filmiques, d'humour et de poésie nihiliste engendrée par Hans Liberg.
Berend Boudwijn : « Tu ne finis jamais vraiment tes histoires, tout reste en suspens et pourtant la chute ne manque à personne ».
Hans Liberg pratique la distanciation lorsqu'il joue un prélude de Rachmaninov tout en conversant en anglais avec le public. « Une histoire biographique sur Mozart est mélangée au niveau de l'eau de ce matin. Ces pensées déroutantes jouent un rôle majeur et exigent parfois du spectateur une grande concentration pour comprendre l'humour qui s'y cache ».
(Henny van Schaik, Utr. Nieuwsblad, 24 mars 1984)
D'après les spécialistes et les artistes les plus tendance, Hans Liberg est la découverte du café théâtre rond-point du Théâtre municipal d'Amsterdam et du Festival Uitmarkt'84 d'Amsterdam. Tout le monde en parle. Les gens inventent des définitions comme « entertainment d'avant-garde, concert d'expression non conventionnelle, théâtre Total pour une personne... ».
Personne ne sait exactement ce que c'est, mais tout le monde est convaincu par le talent, l'originalité, l'imagination bizarre et la musicalité de Hans Liberg.