De vier J@@rgetijden 1996 - 1998

Communiqué de presse de 1996:

Dans son spectacle  « Les quatre saisons », Hans Liberg se livre à son public. La pression est énorme. On ne peut pas sans cesse nager à contre-courant. Le capitaine a viré de bord. Le public s'est prononcé pour André Rieu, Helmut Lotti, les Grands Classiques, la Musique pour des Millions, les Incontournables du Baroque ou du Violon et les Classiques incontournables. On n'achète plus ses CD de musique classique dans des boutiques spécialisées mais au supermarché, pourquoi devrait-il en être autrement ? « Mozart, 40 excellents classiques », et c'est vrai, ils sont tous excellents. Le public a raison. Le classique est à la mode, l'avant-garde dépassée. « Les pêcheurs de perles », jamais réalisé que c'était si beau. Nietsche parlait de Umwertung aller Werte (l'inversion de toutes les valeurs), sans savoir que le chanteur néerlandais Peter Koelewijn produirait un jour un CD d'opéra. Qui aurait pu l'imaginer ? Hans Liberg va se lancer dans une analyse musicale afin de découvrir comment nous avons pu en arriver là. Quel est le secret d'Andrew Lloyd Webber ? Lloyd ? Hans Liberg et With the Beatles. Quel est l'effet bénéfique des bols à musique tibétains, de la musique céleste et des vibrations hautes ? Pourquoi les chants gutturaux du Kazakstant sont-ils si populaires ? Et qui a plus d'une corde à son violon ? Avec des classiques comme Pierrette et son Wolff (Petra en haar Wolff), le Lac des Cygnes et la suite Casse-Noisette Action. Hans Liberg joue du piano à queue, du célesta, de la contrebasse, de la balalaïka bien entendu, du virginal, de la guitare et utilise le premier piano à queue connecté à Internet.